29 août 2014

♦ La triste fin du petit enfant huître et autres histoires

Tim Burton
Edition : 10/18
Genre : Poésie
10  ____ 122 pages
Paru en France en 2008

Fidèle à son univers d'une inventivité si particulière, mêlant cruauté et tendresse, macabre et poésie, Tim Burton donne le jour à une étonnante famille d'enfants solitaires, étranges et différents, exclus de tous et proches de nous, qui ne tarderont pas à nous horrifier et à nous attendrir, à nous émouvoir et à nous faire rire.
Un livre pour les adultes et pour l'enfant qui est en nous.____
 ______________________________________________

Note : 7,5/10. Du Tim Burton à l'état pur !
______________________________________________

Qu'en penses-tu, Erenella ?

Un livre de Tim Burton ? Il me le fallait, forcément ! Bien que je n'ai pas encore vu tous les films de ce réalisateur au monde très personnel et particulier, il fallait que je voie ce que donnait sa plume sur les quelques poèmes de ce recueil. Avec illustrations de sa main, s'il vous plaît !

On découvre des poèmes une page sur deux en VO et en français, un système qui tombe à pic quelques jours avant la rentrée pour se remettre à l'anglais ! Je salue le travail du traducteur René Belleto qui a su conserver l'idée et l'atmosphère de chacun des poèmes tout en modifiant quelques mots (pour la rime) !

J'ai retrouvé avec plaisir le monde de Tim Burton, cet homme très talentueux. Les histoires sont drôles, tendres, cruelles, loufoques et totalement farfelues. Rien de moins que ce qu'il nous présente habituellement au cinéma ;-)

Les illustrations m'ont bien plu aussi, certaines sont mignonnes, d'autres mettent un peu plus mal à l'aise. J'aime voir l'auteur de ce recueil jongler entre les émotions et les sentiments. Les illustrations apportent un plus par rapport aux textes qui nous servent déjà quelque chose de bon. On est davantage immergés dans le recueil.

Je dois vous dire que, même si j'ai commandé ce livre d'occasion en version spéciale, le livre n'a rien de bien exceptionnel par rapport à la version normale : je croyais que le côté VO ou les illustrations lui étaient propres, cependant tout figure dans le livre de base. Il semblerait que le seul changement se situe sur la couverture : c'est un hardback. Alors si le livre vous intéresse, n'allez peut-être pas débourser plus que nécessaire pour une couverture (sauf si c'est celle que vous préférez) parce que le contenu est exactement le même.

En somme, Tim Burton est un homme polyvalent, aussi doué pour l'écriture que son domaine de prédilection : le cinéma. Je conseille ce recueil de poèmes légers, bien que la majorité soit finalement assez sombre et cruelle. Pour les fans du réalisateur, ce livre est un peu une extension de son monde :-)

Les chroniques de ma partenaire Morgane :


____________________________________________________________________________________________________

En voici  une citation :

« L’enfant Brie rêva (deux fois, pas plus) que sa tronche
Pleine et ronde n’était plus qu’une tranche.
Le droit de jouer avec eux, les autres enfants jamais ne le lui donnaient,
Mais au moins Brie s’accordait bien avec un bon Chardonnay. »
____________________________________________________________________________________________________

26 août 2014

C'est l'heure du bilan ! - Juillet 2014

LÉGENDE : 
♥ : coup de coeur 
P : lu pour un partenariat /auteur
LC : lu pour une lecture commune

Un mois de lecture un peu moins bon que les précédents où je ne totalise que 4 livres lus, pour autant les titres m'ont plu dans l'ensemble, hormis l'un d'entre eux qui fut une grosse déception. Ce petit score est rattrapé par 7 nouveaux bébés livres dans la PAL !

Les livres lus :
Le Mystère du pont Gustave Flaubert de Pierre Thiry P
> Le Cirque des rêves d'Erin Morgenstern
Yaxin - Le faune Gabriel : Canto I de Man Arenas & Dimitri Vey

Les acquisitions :

Gros craquage ce mois, j'ai décidé de passer une commande de livres d'occasion sur Gibert Joseph (hormis le premier de la liste) pour célébrer les vacances d'été et ainsi faire descendre ma wish-list. Youpi ! + 7 dans la PAL ! Mais j'ai fait suffisamment d'achats pour tenir au moins jusqu'à novembre (les deux derniers me tentent particulièrement pour Halloween).
 Nos étoiles contraires de John Green
Yaxin - Le faune Gabriel : Canto I de Man Arenas & Dimitri Vey
> Night School - Tome 2 : Héritage de C.J. Daugherty
> La triste fin du petit enfant huître et autres histoires de Tim Burton
> A un sanglot de moi, tu reposes de Mathieu Guibe
> L'étrange vie de Nobody Owens de Neil Geiman
> Les étranges talents de Flavia de Luce d'Alan Bradley

Et pour le mois d'août, quelles sont les lectures que tu as prévu de faire, Erenella ?

Le mois prochain j'ai une LC de prévue, je suis donc déjà sûre de sortir La part de l'autre de ma PAL. Et comme la sortie au cinéma du livre phénomène Nos étoiles contraires sort le 20 août j'en profiterai pour le lire aussi. Pour les autres, ce sera au feeling !

Et vous, quel est votre bilan de ce mois ?

BONNE LECTURE A TOUS !


20 août 2014

♦ Yaxin - Le faune Gabriel : Canto I

Man Arenas & Dimitri Vey 
Edition : Soleil
Collection : Métamorphose
Genre : Album Jeunesse, Artbook, BD
19,99  ____ 63 pages
Paru en France en 2010

Rêve et rêve encore, du ressac et du bruit des vagues sur les rivages lointains. D'une île, et des brumes et des nuées qui l'enserrent, comme le sable, d'un anneau. Rêve et rêve encore, d'une forêt et de ses ombres mystérieuses, de perles de pluie égarées sur le voile d'une fée. Et de nymphes dansant dans l'eau claire d'un torrent. D'un oiseau tournoyant dans le ciel de l'été. D'un enfant rieur, juché entre les branches d'un arbre centenaire. Rêve et rêve encore.



 __________________________________________________

Note : 8,5/10. Encore un très bel objet et une histoire poétique.
__________________________________________________

Qu'en penses-tu, Erenella ?

Deuxième livre de la collection Métamorphose de chez Soleil que je découvre, deuxième livre de Man Arenas (cependant il a été écrit plus tôt que Le jour de la licorne) ! Et c'est encore une fois une très belle découverte !

L'objet livre est encore une fois magnifique, et cette fois-ci le format change par rapport au premier que j'ai pu lire : celui-là est plus grand, plus large.  La qualité reste la même : de belles pages bien remplies, des aquarelles magnifiques et dans la même veine que celles que j'ai déjà pu voir, et l'histoire est toujours aussi poétique et en lien avec les images.

Mais cette fois-ci, Dimitri Vey se mêle au scénario, et c'est là la principale différence avec Le jour de la licorne ! En effet cette fois-ci on découvre une histoire où les personnages interagissent entre eux, ce qui n'était pas le cas dans l'autre ouvrage que j'ai lu. Cela nous immerge un peu plus dans le monde de Gabriel le petit faune, et c'est encore meilleur.

Dans cette histoire, il est question de magie. Ses origines, ses objectifs, qui peut la manipuler... Et j'ai retrouvé tout ce qui était lié à la nature et au temps qui passe, qui fait encore une fois partie intégrante de l'histoire : le cycle des saisons m'a de nouveau séduite. Mais ce qui m'a semblé nouveau, ce sont les valeurs morales et les sentiments vis à vis des autres êtres vivants qui m'ont paru encore plus profonds que dans l'ouvrage que j'ai lu précédemment.

Cela me permet de confirmer la chose suivante : Man Arenas a son propre univers, et il lui semble bien fidèle ! Pour avoir lu ses 2 ouvrages, je peux vous dire que le charme opérera sur vous aussi, pour peu que vous soyez attiré par la nature, la magie de ce qui nous entoure et les mondes imaginaires.

Je ne monte pas plus ma note sur ce livre pour la simple raison qu'il contient pas mal de pages (autant dire qu'il vaut son prix !) et que par conséquent l'écriture pleine de métaphores et d'idées sont parfois dures à suivre, aussi je voulais ressentir pleinement les sentiments et les émotions évoqués avant de tourner la page suivante. Et figurez-vous que ce peut être un sacré travail mental pour peu que quelque chose nous déconcentre (bruit dans la maison, chat qui miaule comme si il allait mourir si on ne le nourrissait pas dans la seconde, voisin qui tond, etc.. oui oui, ça sent le vécu !)

Mais clairement, quand on est dans de bonnes conditions pour lire ce livre, il mérite vraiment toute notre attention. C'est un concentré de sentiments, de beauté et de simplicité pourtant encrés dans une complexité où tout semble être indissociable. A lire, et à ressentir !
____________________________________________________________________________________________________

En voici une citation :

« C’est une île aux contours incertains.
Couronnée de forêts, peuplée de nymphes et de fées,
et de faunes aux manteaux ornés de gemmes de rosée.
C’est un rêve d’enfant qui revient nous hanter.
Un jour, nous reverrons ces rivages familiers.
Ces belles collines, et ces vertes vallées.
Et ces sentiers où nous nous sommes égarés.  »
____________________________________________________________________________________________________

12 août 2014

♦ Le Cirque des Rêves

Erin Morgenstern
Edition : Flammarion
Genre : Fantastique
21  ____ 496 pages
Paru en France en 2012

« Le cirque arrive sans crier gare. Aucune annonce ne précède sa venue, aucune affiche sur les réverbères, aucune publicité dans les journaux. Il est simplement là, alors qu’hier il ne l’était pas. »
Sous les chapiteaux rayés de noir et de blanc, c’est une expérience unique, une fête pour les sens où chaque visiteur peut se perdre avec délice dans un dédale de nuages, flâner dans un luxuriant jardin de glace, s’émerveiller de la souplesse de la contorsionniste au tatouage et se laisser enivrer par les effluves de caramel et de cannelle qui flottent dans l’air. 

Bienvenue au Cirque des Rêves.

Cependant, derrière la fumée et les miroirs, la compétition fait rage. Deux jeunes illusionnistes, Celia et Marco, s’affrontent, rivalisant d’audace et d’imagination, dans une sorte de combat magique, pour lequel ils sont entraînés depuis l’enfance par leurs étranges et lunatiques professeurs. Mais chacun ignore qu’il risque ainsi sa vie… Or, Celia et Marco s’aiment, et la compétition devient alors une merveilleuse collaboration. Sans connaître l’issue fatale du jeu, ils cèdent à leurs sentiments. Leur amour profond, passionné et envoûtant va ébranler tout leur univers et la vie de tous ceux qui les entourent…

À la fois magique et séduisant, le Cirque des Rêves est une ensorcelante et universelle histoire d’amour. ______
 ________________________________________________________

Note : 8/10. Un univers fascinant, des personnages hauts en couleur.
________________________________________________________

Qu'en penses-tu, Erenella ?

Yes ! J'ai enfin pu lire ce livre qui me faisait de l’œil dans ma PAL grâce à ma partenaire Morgane, et comble de la chose, il a également fait l'objet d'une lecture commune pour notre premier thème sur le groupe L'étagère Magique que nous avons monté ensemble (le lien pour le rejoindre est disponible sur le logo à la fin de l'article). Je dois dire que je m'attendais déjà à aimer ce roman, et ce fût bien le cas. Mais ce n'est pas un coup de cœur pour autant. Explications.

Selon moi, tout le positif du livre réside en 3 éléments principaux : l'univers  créé par Erin Morgenstern, l'écriture et les personnages. L'univers est déjà très représentatif de lui-même lorsque l'on contemple l'objet-livre : une couverture à dominance noire et blanche, avec une touche de couleur rouge (couleur que l'on retrouve sur la tranche du livre siouplait ! Quelle classe !). On visualise déjà le rêve, tout l'onirisme possible concentré dans le roman. Et puis bien sûr une certaine magie s'en dégage déjà. Il ne reste plus qu'à parcourir le résumé, et on est déjà happé dans le bouquin.

Tout le monde complexe et "fonctionnel" qu'a mi sur pied Erin Morgenstern m'a rendue addict à ce bouquin, surtout juste avant de dormir. Moi qui suit insomniaque, malgré toute la bizarrerie qui réside dans le roman, j'avoue avoir très bien dormi après lecture d'un chapitre du Cirque des rêves. Pourquoi ? Tout simplement parce que le cirque est beau, magique, même si les attractions présentés sont totalement irréalisables. Mais le lecteur en rêve aisément, c'est magique. Rien de tel pour se sentir bien avant de sombrer dans le sommeil !

Les personnages, eux, sont tout aussi plaisants. On découvre Celia dès l'enfance, alors que l'on rencontre Marco légèrement plus tard. S'ensuit alors des années et des années d'exercices pour les mesurer entre eux lors d'une compétition dont ni les deux protagonistes ni le lecteur ne connaissent les règles. Seuls 2 personnages mystérieux (les mentors) le savent, et ça plaît ! Cela démarre l'intrigue. Celia est une vraie tête brûlée, mais elle est loin d'être bête. Marco est beaucoup plus posé et réfléchit qu'elle. Je les ai appréciés autant l'un que l'autre. On sent la détermination et la souffrance chez l'un comme chez l'autre, ce qui les rend crédibles.

Les personnages secondaires m'ont bien plu aussi : Bailey bien sûr, mais aussi les jumeaux Murrey (mes favoris dans les secondaires, sans hésiter !), Tsukiko, les responsables de la construction du cirque (et artistes), le propriétaire, etc.. Chacun à leur manière, ils entrent dans un monde où ils ne sont que figurants, et paradoxalement ils ont tous une importance capitale.

Mais cet univers si particulier et les personnages bien dosés ne seraient rien sans l'écriture d'Erin Morgenstern. Elle a une plume sublime, tantôt narrative et tantôt interactive avec le lecteur. En effet de cours chapitres sont écrits à la deuxième personne du singulier, ce qui immerge le lecteur dans le cirque des rêves et le tout avec des phrases si visuelles qu'on a vraiment l'impression d'y être. Magique.

Pour autant un gros détail m'a turlupinée : pendant près des 2/3 du livre, il n'y a PAS la moindre trace d'amour. Hors, dans le résumé, on y fait clairement référence par 2 fois. Je commençais à me lasser d'attendre lorsqu'elle a commencé à prendre forme doucement. Mais mon impatience a eu raison de moi : à force d'attendre trop, je n'ai pas été aussi touchée que cela. D'autant plus que le dernier tiers du livre est plein de suspens, de tension, le dénouement approche à grands pas et on sent que l'issue va être compliquée pour eux. C'est sûrement à cause de ce "retard" que ce livre n'est pas un coup de coeur pour ma part. Ah, l'impatience...

Et parlons de la fin : je craignais un Happy-end. Mais en même temps, du tragique pur n'aurait pas été digne du livre. Et puis je me suis dit qu'au vu de l'univers superbement travaillé et affiné, l'auteure ne pourrait pas me décevoir. C'était inconcevable alors que tout le reste était bon ! Et elle a eu une très bonne idée, quoi qu'un peu simple et l'on comprend rapidement (peut-être trop ?) où elle veut en venir. Peut importe, c'est une fin qui marche bien et qui m'a plu. Je ne cherchais pas davantage !

Avec le recul, je me rend compte que c'est un livre compliqué à décrire, car il se ressent et est donc difficile à expliquer. Le mieux, si ce n'est déjà fait, est de vous en faire votre propre opinion.

Vous l'aurez compris, c'est un roman d'une beauté incroyable qu'il faut lire à mon sens. On adhère ou on adhère pas, mais ce n'est pas possible de passer à côté. Le point négatif que j'ai soulevé n'est qu'une observation purement personnelle, il se peut que cela ne vous dérange pas du tout. Le fait que le gros de l'histoire se déroule surtout en hiver peut peut-être en faire un livre plus à lire à la saison froide ? Allez, ça vous laisse quelques mois pour trouver ce livre et je sais que vous êtes aussi des rêveurs, alors lancez-vous, Erin va vous mystifer ! :-)

Les chroniques de mes partenaires Laura et Morgane :


____________________________________________________________________________________________________

En voici  une citation :

« Tu ne sais plus de quel côté de la grille est le rêve. »
____________________________________________________________________________________________________



11 août 2014

♦ Le bêtisier des sites de rencontres

Stéphane Rose
Edition : La Musardine
Collection : Le sexe qui rit
Genre : Humoristique, Erotisme
5,90  ____ 154 pages
Paru en France en 2014

De la quête du grand amour au plan cul d'un soir, les pires annonces des sites de rencontres, aussi authentiques que désopilantes !
 ________________________________________________

Note : 4/10.  Aucun intérêt.
________________________________________________

Qu'en penses-tu, Erenella ?


Je tiens à remercier les éditions La Musardine pour m'avoir envoyé ce livre, que je pensais drôle et plaisant. Malheureusement, je me suis fourvoyée : loin d'être à mon goût, ce fût plus un calvaire qu'autre chose ! Dommage.

Tout démarrait bien pourtant : une jolie présentation, avec diverses polices d'écritures, tailles, mises en pages, en plus agrémentée de symboles et photos. Le livre étant court, je me suis dit immédiatement que j'allais le lire très vite et l'apprécier sous toutes les coutures.

Malheureusement j'ai ressenti une vive déception en constatant que les 3/4 des messages sont bourrés de fautes d'orthographe (c'était un choix de les conserver pour l'authenticité), rendant quasiment incompréhensible certains extraits. Horripilant. Peu de messages m'ont parus réellement drôles, à part ceux qui se contredisaient tout seuls (voir citation choisie). Mais c'est se moquer de ces personnes que l'on sent sérieuses dans leur quête de l'amour. Il y a aussi une grande place pour les déviants sexuels et les pervers, rien de drôle. On se rend juste compte que nous vivons dans l'insécurité avec de telles personnes autour de nous !

D'autres messages, plutôt poétiques, sont sympathiques quoi qu'un peu lourds. Les rageux sont parfois drôles à s'enerver pour ne rien dire, mais franchement à part quelques messages qui m'ont arraché un petit sourire je n'ai pas été conquise du tout !

Un aspect m'a cependant plu dans ce livre, c'est le fait que les noms, âges et villes des gens aient été modifiés. Je me dit que l'auteur a bien fait, parce que franchement si les concernés se rendaient compte qu'ils ont fait l'objet d'un livre jugé humoristique pour qu'on se moque d'eux indépendamment de leur volonté, je n'aurais pas apprécié du tout. Parce que j'imagine que certains seraient allé les charier assez méchamment.

Je vais m'arrêter là, je ne vois pas pourquoi j'irais plus loin. Je ne le conseille pas vraiment, à moins que vous n'aimiez les livres bien présentés ou que vous soyez plus sensible à cet humour que moi :) Mais bourré de fautes et de messages tendance très spéciale, je confirme : l'auteur a bien recensé le pire du PIRE des sites de rencontres ! Mission accomplie!
____________________________________________________________________________________________________

En voici une citation :

« Je sui une femme gentiye douce alors faisez moi pas chié »
____________________________________________________________________________________________________

3 août 2014

♦ Le Mystère du pont Gustave Flaubert

Pierre Thiry
Edition : Book on Demand
Genre : Essai de roman, Contemporain
22  ____ 310 pages
Paru en France en 2012

Ce récit évoque quelques impressions sur des personnages réels : Gustave Flaubert, Giovanni Bottesini, Rouen, le pont Gustave Flaubert... Un grand écrivain, un compositeur de musique oublié, une ville normande, un pont levant peuvent-ils s'emmêler dans la même intrigue ? Giovanni Bottesini (1821-1889) et Gustave Flaubert (1821-1880) se sont-ils rencontrés ? Ce "roman", très imaginaire, où il est question : d'un vélo volé, d'un opéra disparu, du détective privé Jules Kostelos, d'une bibliothécaire portant le nom de Salammbô, du chat noir Charles Hockolmess et d'un rassemblement de vieux grééments à Rouen en 2017, apportera-t-il une réponse ?


 ________________________________________________________________________

Note : 7/10.  Une écriture dont on se délecte, mais un monde parfois difficile d'accès.
________________________________________________________________________

Qu'en penses-tu, Erenella ?


Avant tout je tiens à remercier chaleureusement Pierre Thiry pour l'envoi de ce livre. Souvenez-vous, il y a plus d'un an il m'avait déjà envoyé son livre pour enfants Isidore Tipéranole et les trois lapins de Monceau-Les-Mines, que j'avais beaucoup aimé déjà. Cette fois-ci, on change complètement de registre, et ça fait du bien de voir un auteur polyvalent qui sait jongler entre les genres !

Rouen, Juillet 2017. Nous rencontrons Jules Kostelos, un détective féru de littérature (plus particulièrement tout ce qui concerne les écrits du célèbre Gustave Flaubert) et propriétaire d'un chat incroyablement intelligent répondant au nom de Charles Hockolmess. Déjà, ce duo de choc a tout pour séduire ! Mais ce n'est que le cadre de l'histoire. En effet, Jules va être sollicité un soir pour le vol d'un vélo près du pont Gustave Flaubert. C'est alors que tout démarre.

Outre Gustave Flaubert, Pierre Thiry nous entraîne dans un vaste opéra de Giovanni Bottesini. Les subtilités qui relient les deux hommes dans cette partie du livre (fictive) sont vraiment chouettes. On a envie d'y croire. De croire que ces deux hommes brillants se sont fréquentés il y a quelques siècles. Grâce à ce livre, j'ai découvert un musicien et en plus de cela j'ai eu envie de découvrir enfin un roman de Flaubert. Eh, quoi ? Mieux vaut tard que jamais ! Enfin, j'ai pu découvrir de loin la ville de Rouen qui m'est totalement étrangère.

Paradoxalement, la chose que j'ai préféré dans ce livre est aussi celle qui m'a parfois dérangée : la plume de l'auteur. Sublime, il est facile de se délecter des mots qu'il nous écrit dans son histoire. Dès les premières pages le charme a opéré sur moi. Je découvrais un nouvel auteur, différent de celui qui a écrit un livre pour enfants. Les phrases sont belles, les mots sont très bien choisis et le style est juste parfait. MAIS il y a certains passages dans le livre qui me faisaient sérieusement penser à un manuel d'Histoire, de ceux que l'on étudie en cours. Une succession de dates, de lieux et de personnages m'ont parfois perdue, aussi je devais faire des pauses régulières dans ma lecture. Cela m'a considérablement ralentie alors que le livre se lit pourtant très rapidement. Je ne dirais pas que c'était assommant, mais je pense qu'il faut être préparé à affronter tout ce flot de connaissances avant la lecture, car cela m'a beaucoup surprise. Je ne m'y attendais pas du tout.

Les moments qui m'ont parus plus légers et qui m'ont fait sourire sont les réflexions intenses dont fait preuve le chat de Jules. J'ai trouvé cela original et j'adhère totalement ! Charles Hockolmess se concentre sur un objet et de là découle toutes sortes de pensées à la fois farfelues et réfléchies. Oui, je crois que j'aime beaucoup ce chat !

Pour résumé, ce livre est une belle découverte. On apprend des choses, on sourit parfois, on savoure l'écriture. Mêlant littérature et musique, il réveillera avec délicatesse l'artiste qui sommeille en vous, pour peu que vous vous y intéressiez et que vous appréciiez l'Histoire de France et de l'Europe (même fictive !). D'un style un peu baroque et farfelu, il devrait vous faire passer un bon moment. Je le déconseille par contre aux plus jeunes d'entre nous qui risquent de ne pas tout saisir de cette histoire haute en couleur !
____________________________________________________________________________________________________

En voici quelques citations :

« Jules aimait tant le son de la voix de Salammbô qu'il aurait voulu qu'elle continue. Elle avait des talents de conteuse. Elle parlait comme un livre. Il aurait voulu connaître la suite des aventures de Pauline Viardot. Il aurait voulu en savoir plus sur ce "Don Juan somnambule et la chute du pont". Quand l'avait-il écrit ? Quand Pauline Viardot, Gustave Flaubert et Giovanni Bottesini s'étaient-ils rencontrés ? Et s'étaient-ils réellement rencontrés ? »

« A force de rendre les objets familiers, l’habitude amène souvent à ne plus les remarquer.
Nous trouvons quelconque ce qui est trop fréquent. »
____________________________________________________________________________________________________

31 juil. 2014

C'est l'heure du bilan de Juin 2014 !

LÉGENDE : 
♥ : coup de coeur 
P : lu pour un partenariat /auteur
LC : lu pour une lecture commune

Ce mois-ci a été assez concluant, j'ai réussi à lire 6 livres et à n'en acquérir que 3 ! De plus, il n'y a aucun achat, donc je suis assez satisfaite pour la PAL et le porte-monnaie !

(Bon par contre, je ne suis pas encore capable de rendre un bilan mensuel à l'heure, hein... Ne pas m'en tenir rigueur !)

Les livres lus :
> Le secret de Garou de Catherine Missonnier
> Cannibale de Didier Daeninckx
> La controverse de Valladolid de Jean-Claude Carrière

Les acquisitions :

3 partenariats reçus ce mois-ci ! J'ai reçu celui de Holly Black en VF, mais je n'ai pas trouvé de couverture disponible dans cette version, donc je met l'originale :-)


>  Miss Peregrine et les enfants particuliers : Tome 2 - Hollow City de Ransom Riggs
> Le bêtisier des sites de rencontres de Stéphane Rose
> Eleanor de Holly Black

Et pour le mois de Juillet, quelles sont les lectures que tu a prévu de faire, Erenella ?

Le mois prochain j'ai une LC de prévue, je suis donc déjà sûre de sortir Le Cirque des Rêves de ma PAL. Et comme en ce moment je démarre Le Mystère du Pont Gustave Flaubert pour un partenariat, celui-là est aussi sûr d'y passer ! Quant aux autres on verra selon mon temps et mon humeur, comme toujours ! :-)

Et vous, quel est votre bilan de ce mois ?

BONNE LECTURE A TOUS !