23 juil. 2014

♦ Osez... 20 histoires de sexe en 2050

Collectif
Edition : La Musardine
Genre : Érotisme, Science-Fiction
8,20  ____ 250 pages
Paru en France en 2014

À quoi ressemblera le sexe du futur ?

Attention : le livre que vous tenez entre les mains est une machine à avancer dans le temps. Si vous l’ouvrez, vous serez propulsé dans le futur et y découvrirez comment on fera l’amour en 2050. Mais voulez-vous vraiment le savoir ? Voulez-vous vraiment vous initier aux jeux sexuels en réseau ? Découvrir la machine qui permet de vivre ses rêves érotiques ? Savoir comment baiseront les femmes rebelles sous une dictature féministe ? Découvrir la vie sexuelle de Nicolas Bedos en 2050 ? Bref, visiter le futur tel que Jules Verne n’a jamais osé l’imaginer ? Si le programme vous tente, prenez garde : vous n’aurez peut-être plus envie de revenir au temps présent…
 ________________________________________________________________________________

Note : 5,75/10.  Des univers finement travaillés (et de la tolérance ?) mais des conditions trop crues.
________________________________________________________________________________

Qu'en penses-tu, Erenella ?

Je tiens tout d'abord à remercier les éditions La Musardine pour l'envoi de ce livre. J'étais fort intriguée en l'ayant reçu, moi qui n'avait rien demandé ! L'érotisme et la SF n'étant pas des genres que j'apprécie forcément, j'avais des craintes avant de démarrer la lecture. Même si certaines se sont avérées exactes selon les nouvelles, d'autres au contraire m'ont parues bien imaginées et bien amenées. Je suis donc relativement mitigée quant à ce livre, car les points positifs ne contrebalancent pas forcément le négatif...

Ce recueil se compose de 20 nouvelles. 20 nouvelles parlant de l'évolution de la sexualité de nos jours à 2050. 20 nouvelles où l'on nous propose chaque fois un monde totalement différent du nôtre. Certaines m'ont bien plu pour leur contexte socio-politique incroyablement bien écrit et réaliste, ce à quoi on reconnaît un bon récit SF. Mais il ne fait pas forcément bon vivre dans le futur ! Beaucoup de contraintes : le temps de pratique et la fréquence sont contrôlé, les conditions doivent être aseptisées (malheur à ceux qui n'ont pas une hygiène irréprochable sur eux et leur environnement !), quasiment toutes les nouvelles entraînent une vie sexuelle très réglementée et minutieusement contrôlée par l"Etat. Cela fait réfléchir quelquefois ! Alors, on est pas si mal en ce moment, n'est-ce pas ? :-)

La sexualité proposée dépend ensuite de l'imagination de l'auteur : parfois ce sont les femmes qui gouvernent, décidant à elles seules des pratiques autorisées ou non, parfois ce sont des expériences scientifiques qui sont essayées, d'autres fois encore il s'agit d'homosexualité parce que les hétérosexuels sont bannis, hors conventions sociales ! D'autres auteurs ont imaginé des relations virtuelles où des capteurs gèrent l'effet de sensations produites. Et n'oublions pas les robots, non plus ! Eux aussi sont là (mais je ne suis pas sûre qu’actuellement beaucoup de gens soient tentés, hein...)

Parmi les 20 nouvelles, certaines m'ont carrément écœurées : trop crues, trop vulgaires, des choses purement inimaginables sont écrites. Moi, je n'appelle pas cela de l'érotisme, mais bien de la pornographie. Et croyez-moi ça vend pas du rêve ! D'autres sont nettement mieux amenées, plus sensuelles et donc plus agréables à lire pour le lecteur. Mais ce n'est là qu'une petite minorité d'histoires. Tout dépend de l'auteur !

Il y a tout de même une chose que j'ai constatée et qui me semblait être une bonne idée dans ce livre : le nombre de relations homosexuelles est assez élevé. Doit-on partir du principe qu'en 2050 les mœurs auront changé et seront plus tolérants sur la question ? C'est ce que j'ai envie de croire.

Globalement, vous pouvez le constater, je suis assez mitigée. Parce que je n'ai pas adhéré à bien des nouvelles pour leur contexte ou parce que les scènes osées ne m'ont pas plu du tout. Et même si les autres, en infériorité, m'ont semblé mieux parce que l'écriture était plus agréable et où les idées me paraissaient justes et bien traitées avec un message parfois, le négatif prend malgré tout le dessus.. Ce n'est ni blanc, ni noir, mais bien gris dans ma tête. Je peux le conseiller aux adeptes de SF et d'érotisme, mais pour ma part je crois que ce sont vraiment 2 genres qui ne sont pas faits pour moi !

PS : Pour vous donner une indication, je viens de parcourir 4 chroniques du bouquin. Verdict : 1 avis positif, 1 avis vraiment négatif et enfin 2 mitigés qui semblent avancer les mêmes arguments que moi. Je tenais à le dire.

22 juil. 2014

♦ La controverse de Valladolid

Jean-Claude Carrière
Edition : Flammarion
Collection : Étonnants classiques
Genre : Historique, Théâtre
4,30  ____ 104 pages
Paru en France en 1993

Dans un couvent de Valladolid, quelque soixante ans après la découverte du Nouveau-Monde, deux hommes s'affrontent dans un débat passionné : les Indiens sont-ils des hommes comme les autres ? Pour le dominicain Las Casas, cela ne fait aucun doute : Les espagnols, avides de conquête, ont nié l'évidene, assujettissant et massacrant les indigènes par millions. Face à lui, le philosophe Sépulvéda affirme que certains peuples sont nés pour être dominés. Tous deux s'entendent sur un point : le nécessaire salut des âmes. L'issue de cette confrontation, déterminante pour des millions d'hommes, pourrait bien être surprenante...


 ________________________________________________________

Note : 7/10.  Un débat on ne peut plus passionnant à suivre !
________________________________________________________

Qu'en penses-tu, Erenella ?

Comme Cannibale, j'ai étudié quelques extraits de ce livre en classe de première. Je tenais à le lire en son intégralité (chose qui n'était pas demandé en cours) car le sujet m'intéressait beaucoup et c'est un de ceux auxquels je suis particulièrement sensible. Et puis, il se lit vite. Alors pourquoi se priver ?

Au XVIè siècle dans le couvent de Valladolid, deux hommes sont engagés dans un débat d'une importance capitale : pour Las Casas, le dominicain, les indiens sont égaux aux européens, et possèdent simplement des coutumes différentes. Il ne comprend donc pas la démarche de son Etat d'assujettir un peuple entier et de les traiter en esclaves. Mais Sépulvéda ne partage pas ses opinions : pour lui des peuples existent et sont faits pour être dominés, point barre ! La question est cruciale car il y a eu beaucoup de massacres chez les indiens, et la question de savoir si ils ont une âme ou non est cruciale. Voilà le sujet du débat, dont l'issue validée devra être bien pesée afin de ne pas prendre de mesures qui irait à l'encontre de la décision. L'enjeu est politique, bien sûr, mais il ne faut pas oublier les mœurs précisément plus importants que toute autre stratégie quelconque dans ce cas précis.

A l'heure actuelle, il va de soi que nous serions tous (ou presque) d'accord avec Las Casas. Mais pour l'époque, la question est incroyablement difficile à traiter. C'est le début de la colonisation, on créée un marché aux esclaves, on empêche ces gens de pratiquer leur religion/culture/activités parce qu'ils sont trop différents de nous. Et ça fait peur. C'est bien pour cela que j'ai eu envie de lire ce livre, je voulais voir les arguments qui seraient avancés par l'adversaire Sépulvéda, homme de savoir, sur cette question d'humanité alors que je penchais évidemment du côté de Las Casas (difficile d'être objectif de nos jours !).

Et c'est là que je me suis encore plus régalée : il faut savoir que ce livre est une pièce de théâtre (il existe le même titre du même auteur sous forme de roman), mais je trouvais que l'impact était plus important en imaginant les deux personnages se tenir face à face et mener leur débat sur une scène. Car leurs manières de procéder sont totalement différentes l'une de l'autre. En effet, Las Casas essaie de PERSUADER son adversaire ainsi que l'auditoire (tout se déroule devant 2 témoins du couvent qui sont jurés) et par conséquent le public. Il mise tout sur l'émotion et les sentiments, d'où le gros impact de ses arguments. Mais il a un point faible : son animosité face aux arguments de Sépulvéda. Il ne parvient pas à masquer ses émotions négatives (colère surtout). Car Sépulvéda au contraire tente de CONVAINCRE l'auditoire en s'appuyant sur des sources sûres (chiffres, exemples historiques, etc..) sa position est un peu plus bancale, mais toutes ses idées sont irréfutables. Il est donc vraiment bien pris au sérieux, plus que Las Casas qui raconte seulement des témoignages ou des anecdotes non vérifiables...

On cherche à la fin du bouquin une véritable décision après ce débat qui durera tout de même 2 jours. Malheureusement elle reste floue, d'ailleurs je l'ai déjà quasiment oubliée tellement elle était peu claire. C'est dommage. Mais je sais d'ores et déjà que ce que je retiendrais de ce livre est ce que je trouve le plus important : la méthode employée par les 2 hommes pour persuader/convaincre. Ce fût une lecture instructive à la fois pour sa construction méthodique, mais aussi sur le point de vue historique sur un sujet qui je le rappelle m'intéresse particulièrement. Une lecture que je recommande, après à vous de voir si vous préférez lire la pièce de théâtre ou le roman :-)
____________________________________________________________________________________________________

En voici quelques citations :

« Traiter l'autre de menteur peut être une insulte, ce n'est jamais un argument. »

« - Mon Dieu... pourquoi as -tu voulu cette bataille continuelle ? Pourquoi as-tu collé les yeux de la plupart des hommes avec de la glu ? Pourquoi les as-tu envenimés du goût de l'or et de la possession ? Pourquoi as-tu donné à certains d'entre eux l'intelligence la plus fine pour défendre l'horreur totale ? »

« Le pain des pauvres, c'est leur vie. Celui qui le leur enlève est un meurtrier. »

« Mais pendant des siècles, parlant des musulmans, nous avons dit que leur guerre sainte est une infamie ! Et maintenant nous ferions de même ? Aucune guerre ne peut être sainte quand elle entraîne le massacre et l'esclavage. »
____________________________________________________________________________________________________

14 juil. 2014

♦ Cannibale

Didier Daeninckx
Edition : Folio
Genre : Historique
4,50  ____ 108 pages
Paru en France en 1998

Paris 1931, l'Exposition coloniale. Quelques jours avant l'inauguration officielle, empoisonnés ou victimes d'une nourriture inadaptée, tous les crocodiles du marigot meurent d'un coup.
Une solution est négociée par les organisateurs afin de remédier à la catastrophe. Le cirque Höffner de Francfort-sur-le-Main, qui souhaite renouveler l'intérêt du public allemand, veut bien prêter les siens, mais en échange de Kanak. Qu'à cela ne tienne !
Les "cannibales" seront expédiés.
Inspiré par ce fait authentique, le récit déroule l'intrigue avec, en arrière-plan, le Paris des années 30 - ses mentalités, l'univers étrange de l'Exposition - tout en mettant en perspective les révoltes qui devaient avoir lieu un demi-siècle plus tard en Nouvelle-Calédonie.
 ______________________________________________________________________

Note : 7/10.  Intéressant, ce livre offre une belle réflexion sur l'Homme en général.
______________________________________________________________________

Qu'en penses-tu, Erenella ?

Etudié en classe de première dans le cadre du cours sur l'argumentation, j'ai lu ce roman peu de temps avant la création du blog. Aujourd'hui j'ai voulu le relire afin de lui rédiger sa chronique ! Parce qu'il est vraiment intéressant sur la question du fonctionnement de l'être humain.

Nous suivons dans ce court roman Gocéné, un Kanak de Nouvelle-Calédonie, qui va embarquer avec quelques uns des siens pour un voyage vers Paris. Direction : Le parc de l'exposition coloniale ! Entouré de Badimoin, son meilleur ami et Minoé, sa fiancée, c'est ensemble qu'ils vont gagner l'Europe. Et c'est si cruel de constater que, même dans les années 1930 (relativement proches de nous), l'homme français voit encore l'homme kanak comme un animal. Leur dignité et leur identité propre sont souillées, les Kanaks sont contraints d'imiter de véritables sauvages et de simuler une vie qui n'est pas la leur devant un public qui semble conquis. De là vient la rumeur qui les traite de cannibales. J'étais outrée d'apprendre avec quel réalisme l'auteur nous retranscrivait cette partie de l'histoire. Mais c'est là tout son but.

Tout va changer lorsque, comme dit dans le résumé, les crocodiles du parc décèdent subitement. Pour les remplacer, il aura fallu signer un contrat avec l'Allemagne : on échange des crocodiles aux français si ils nous envoient des "sauvages" pour notre cirque à nous, allemands. Forcément, la fiancée de Gocéné sera sur la liste des déportés...

Là où est l'originalité du livre, c'est déjà qu'il n'y a pas de chapitres. Les actions s'enchaînent, mais les seules coupures, pourra-t-on dire, ce sont les premières pages et dernières qui servent de prologue/épilogue. On démarre le livre au présent, on découvre en Gocéné un personnage réfléchi et profondément marqué par l'expérience, qui a beaucoup à apprendre aux jeunes qu'ils rencontrent à ce moment-là. On retrouve ce présent à la toute fin. Entre les deux (l'histoire elle-même) Gocéné nous raconte son histoire, son voyage à Paris et ce qu'il aura du faire pour retrouver la trace de sa fiancée.

Car comment s'échapper d'un zoo où l'on est traité comme un animal, sans conscience ? Comment se repérer dans une ville lorsque l'on ne connaît que la nature et ses ressources ? C'est là toute la question qui se pose, en plus de l'intrigue avec la recherche de Minoé. Une vraie course contre la montre est engagée. On en apprend beaucoup sur la culture des habitants de Nouvelle-Calédonie, leurs croyances notamment.  C'est quelque chose que j'ai beaucoup aimé dans ce livre.

Clairement, on déteste les français le temps de ce livre quand on sait que dans les mœurs de l'époque on autorisait encore ce genre de pratiques sur l'absence de liberté de nos semblables. Deux autres personnages bons viennent se greffer à l'histoire pour venir en aide à Gocéné et Badimoin, dont un ayant vécu un passé difficile. Il m'a beaucoup touché. Le second survient vers la fin, et je l'ai beaucoup aimé pour le courage dont il fait preuve.

Vraiment, c'est un livre que je recommande. A travers ce roman, Didier Daeninckx prône la tolérance, et on ne peut pas rester insensible face au destin des Kanaks (qui pour ma part était un peuple que je ne connaissais pas jusqu'alors). Un devoir de mémoire, car le pays des Droits de l'Homme n'est pas toujours si bon qu'on le dit, et je trouve bien de voir parfois la vérité en face à travers notre propre Histoire.
____________________________________________________________________________________________________

En voici quelques citations :

« Vous tous qui dites "hommes de couleur", seriez-vous donc des hommes sans couleur ? »


« J'étais l'un des seuls à savoir déchiffrer quelques mots que le pasteur m'avait appris, mais je ne comprenais pas la signification du deuxième mot écrit sur la pancarte fichée au milieu de la pelouse devant notre enclos : Hommes anthropophages de Nouvelle-Calédonie. »

« Le respect, chez nous en pays Kanak , il ne vient pas à la naissance comme la couleur des yeux . Il se mérite tout au long de la vie. »


« Tu vois, on fait des progrès : pour lui nous ne sommes pas des cannibales mais seulement des chimpanzés, des mangeurs de cacahuètes. Je suis sûr que quand nous serons arrivés près des maisons, là-bas, nous serons devenus des hommes. »
____________________________________________________________________________________________________

12 juil. 2014

♦ Le secret de Garou

Catherine Missonnier
Edition : Rageot
Collection : Cascade 7-9
Genre : Jeunesse, Fantastique
6,70  ____ 121 pages
Paru en France en 2002

Un soir de pleine lune, j'ai rencontré Garou dans les bois. Depuis, nous nous retrouvons tous les jours et il est devenu mon meilleur ami. Mais les autres enfants se moquent ou se méfient de lui. Comment protéger Garou des hommes qui le pourchassent et lever la malédiction qui l'isole ?
 ______________________________________________________

Note : 7/10.  Longtemps le livre favori de mon enfance !
______________________________________________________

Qu'en penses-tu, Erenella ?

Un livre également lu dans le cadre du challenge A book, A day. Je voulais un livre rapide à lire pour le vendredi soir, et donc ce court roman de mon enfance était une valeur sûre pour réussir le premier tiers du challenge ;-).

Petite, je l'adorais pour son univers et les valeurs qu'il portait. L'amitié entre un animal de la nuit et un humain, est-ce possible ? J'en rêvais. L'apprivoisement d'un animal sauvage et imprévisible, c'était un peu mon rêve de petite fille (non, je ne voulais pas être chanteuse, danseuse ou professeur comme beaucoup ! ^^) Les loups me fascinaient déjà, et cette histoire parlant de canidé n'a fait que renforcer mon admiration pour eux. Le personnage de Pierre, très débrouillard et courageux, me plaisait beaucoup, c'était mon héros.

Garou lui, est finalement un petit garçon comme les autres, mais prisonnier de son corps de loup la nuit par une malédiction. Condamné à vivre ainsi, le seul moyen de lever le sort est difficile à réaliser, d'autant plus qu'il n'a pas le droit de révéler la manière de s'en libérer de peur de rester dans cet état à vie...

Les "méchants" de l'histoire sont d'autres enfants de l'âge de Pierre (pas des Cro-Magnons, hein !) et son grand cousin Lucas. Ils vivent tous dans le même village, mais quand ils rencontrent Garou, tout se passe mal. On voit en Pierre un petit bout d'homme valeureux et loyal, qui ne se laisse pas perturber par les préjugés ou influencer par la bande de gamins de son école. J'aimais son tempérament, et c'est toujours le cas !

Quand on est enfant, ce roman est vraiment une très bonne lecture. Catherine Missonnier a réussi à retenir mon attention plus d'une fois avec ce livre. Pourvu de quelques illustrations et des informations sir la vie du loup à la fin du roman, j'étais comblée.. Je le recommande vivement à ceux qui aiment les loups, les bois, les histoires de la nuit et d'amitié.

Le dénouement de cette histoire m'a plu aussi, toutefois je me suis rendue compte en grandissant de l'absurdité de la toute fin. C'est si facile dans les livres ! Mais bon, celui-ci est sensé être parcouru avec des yeux d'enfants, donc c'est un détail qui passe bien si l'on respecte l'âge moyen de ses lecteurs. En tout cas, je suis ravie d'avoir pu retourner quelques temps dans le passé en compagnie de ce petit bijou de mon enfance.

11 juil. 2014

Concours estival de 2014 !

Salut mes p'tits loups ! Aujourd'hui, je viens vous proposer un joli CONCOURS 
en partenariat avec les éditions Bayard Jeunesse et le blog FaisMoiPeur ! :D

Pour fêter l'été et ses vacances, généralement la meilleure période de l'année pour se détendre, décompresser et se prélasser avant d'aborder la reprise, je voulais organiser un concours estival. Et si c'est possible aujourd'hui, c'est uniquement grâce à Bayard ! Peut-être que le fait de remporter un roman vous ferait sûrement plaisir et vous aiderait à profiter encore mieux de cet été, je me trompe ? ;)


ALLEZ, ON SE LANCE !

Bayard vous propose de remporter cet été :
- Un exemplaire de Miss Peregrine et les enfants particuliers - Tome 2 : Hollow City de Ransom Riggs
- Un livre de la collection "Chair de Poule"


Un grand merci à eux pour ce concours généreux !

Voyons maintenant pour les modalités de participation... :-)


Pour participer, il vous suffit :

- d'envoyer un mail à readwitherenella@gmail.com avec dans le titre "Concours estival 2014 + le titre du livre pour lequel vous souhaitez participez". 

- de m'indiquer dans ce mail votre adresse complète (au cas où vous seriez l'un des heureux gagnants) pour que je puisse la transmettre aux éditions Bayard qui se chargeront d'envoyer le lot remporté après le tirage au sort.

- d'aimer la page Facebook Erenella, le coeur à l'ouvrage et L'épouvanteur-Les livres dans la mesure du possible. PARTAGEZ le concours (si possible me suivre sur la chaîne YouTube. Cela reste facultatif).

- Envoyez-moi une capture d'écran de vos abonnements et du partage pour que je puisse valider votre participation. Si vous ne possédez pas de compte Facebook ou YouTube, ce n'est pas grave, mais j'aurais tendance à refuser si je ne vous ai jamais vu vous manifester.. Ce concours est fait avant tout pour remercier mes abonnés (récents comme anciens) de leur fidélité :-)

- Soyez polis et clairs dans vos mails ! Je suis humaine et aime donc les propos corrects et adaptés, tout comme les phrases compréhensibles (le langage SMS est à bannir !) :P


Si vous êtes mineurs, il est préférable de demander l'accord de vos parents pour participer, pour qu'ils vous autorisent à me de donner votre adresse postale et à la retransmettre si vous remportez un lot.

Vous pouvez vous inscrire du 11 Juillet au 25 Juillet ! Le tirage aura lieu ensuite.

J'espère que vous serez nombreux à participer ! Bonne chance à tous ! Allez, on partage ! :D

8 juil. 2014

♦ L'éveil des Macchabs, Tome 1

Ty Drago
Edition : Bayard Jeunesse
Genre : Jeunesse, Horreur
14,90  ____ 522 pages
Paru en France en 2014

Si vous les voyez, votre cauchemar ne fait que commencer...

William Ritter, 12 ans, mène une vie normale. Jusqu'au jour où il s'aperçoit que son voisin, pourtant bien vivant, a l'aspect d'un cadavre : les yeux hors des orbites, la peau en putréfaction... Horrifié, Will se précipite au collège, où le même phénomène se reproduit : un certain nombre de professeurs sont devenus des macchabées, eux aussi !
Le garçon, terrifié, est vite repéré par ces espèces de zombies, que personne d'autre que lui ne semble voir.
Personne, sauf Helen, une camarade de classe, qui lui sauve la vie et l'entraîne dans une fuite éperdue à travers les rues de Philadelphie.
Pour Will, le cauchemar ne fait que commencer...
 ___________________________________________________________________________

Note : 7,5/10.  Une histoire prenante, un héros crédible, des monstres d'un genre nouveau !
___________________________________________________________________________

Qu'en penses-tu, Erenella ?

Tout d'abord je tiens à remercier la maison d'édition Bayard Jeunesse pour l'envoi de ce livre. L'éveil des Macchabs est un titre que je commençais à croiser de temps à autre sur la blogosphère et j'avoue que le résumé et les avis positifs lus jusqu'alors m'avaient déjà donné envie de le lire.

Nous sommes plongés au cœur du continent américain, à Philadelphie plus précisément. Ce décor est celui dans lequel va se dérouler toute l'histoire. Avant tout, il faut savoir que ce que nous livre le résumé est déjà passé à l'issue des 3 premiers chapitres, autant dire que l'histoire se met très vite en place, et que l'auteur sait captiver le lecteur dès le départ ! C'est un atout, surtout dans un roman jeunesse. Nous ne sommes pas en manque d'action dans ce roman, et quand il n'y en pas pas (ou peu), l'auteur en profite pour nous donner des informations sur les monstres du roman.

Mais quels sont-ils ces monstres ? Il va de soit que je ne vous le dirais pas, haha :P sachez simplement qu'ils sont bien travaillés, c'est un genre nouveau de zombies en améliorés et qui change vraiment de ce que l'on peut nous servir habituellement. Et ça, ça fait vraiment du bien ! De l'innovation, surtout dans un roman jeunesse, c'est assez rare et par conséquent plaisant puisque d'habitude beaucoup d'histoires comportent de grandes similitudes dans ce genre, que ce soit au niveau de la trame principale ou même de l'histoire. Jusque-là, j'avoue n'avoir encore jamais été déçue de la part des éditions Bayard.

Continuons dans le positif : selon moi la plus grande force du livre se tient dans le personnage de Will. Parce que ce gosse de 12 ans va devoir grandir beaucoup plus vite que prévu à cause de la tournure que va prendre vie du jour au lendemain. Dans tout le désordre qu'il rencontre, je l'ai vraiment senti perdu et n'ai pu m'empêcher de me demander comment je réagirais si j'étais à sa place. La réponse est simple : j'aurais fait comme lui. Le sentir perdu, déboussolé et dépourvu de ses repères m'a beaucoup attristée, et en même temps malgré les "erreurs" ou mauvaises décisions qu'il a pu faire parfois, je n'ai pas été agacée. Au contraire, j'ai même trouvé cela tout à fait plausible. Ce sont ces éléments-là qui le rendent très humain, et donc crédible. Là-dessus, je tire mon chapeau à l'auteur d'avoir su savamment doser le tempérament de son personnage principal.

Les autres personnages n'en sont pas moins réussis ! Je les ai tous trouvé très bien construits, les gentils, les méchants et ceux en demi-teinte sont très intéressants. L'écriture de l'auteur se rapproche de la génération de lecteurs visée, c'est un plus également pour les captiver.

Vraiment, j'ai trouvé ce roman très bien construit, et donc très bon. Pour autant il n'est pas un coup de coeur, je ne saurais dire pourquoi mais il m'a manqué un petit quelque chose. J'imagine qu'en période d'examens j'étais préoccupée et n'ai donc pas pu profiter pleinement de la lecture ! En tout cas, j'ai hâte de découvrir la suite de l'univers de Ty Drago ! J'ai des attentes particulière pour cette suite, et j'espère qu'elles seront satisfaites. J'attend le tome 2 au tournant ! ;)

POUR EN SAVOIR PLUS, RENDEZ-VOUS SUR LE SITE FAISMOIPEUR.FR ! 

5 juil. 2014

La Mini-PAL d'été 2014


Voilà le temps des vacances et du soleil ! D'un côté les plages sont pleines de vie, ailleurs ce sont les cigales qui donnent de la voix au plus grand bonheur des vacanciers. C'est la période où les amis se réunissent autour d'un bon barbecue. C'est le moment de se prélasser dehors et de décompresser à fond pour mieux aborder la reprise !

Et qui dit décompresser dit : nouvelles lectures diversifiées ! En effet, vous n'êtes pas sans savoir que je fais parti de ces lectrices qui fonctionnent beaucoup au rythme des saisons. Ainsi pour moi l'été est synonyme de Classiques, Jeunesse, Contemporain et Romance ! Je vais commencer à délaisser la Fantasy et le Fantastique (mais pas totalement non plus, hein ! Allons-y doucement...) pour me concentrer sur ces genres littéraires qui me plaisent le plus en cette saison.

Voici donc une petite liste de 6 livres que je compte sortir de ma bibliothèque pour l'occasion. Seulement 6 ? me direz-vous. Oui, parce que ça me permet d'en lire 2 par mois et d'en lire d'autres à côté. J'ai certains bouquins qui sont là depuis des lustres et ils commencent à prendre la poussière dans ma bibliothèque, les pauvres...  Je vais sauver leur âme, ha ! :D

Notez-bien que les romans choisis n'ont pas forcément un lien avec la saison elle-même (un élément de couverture, le résumé, etc...) simplement j'estime que c'est le bon moment pour moi de les lire. Chaque saison me donne un état d'esprit différent, ce qui modifie mes envies de lectures au fil de l'année. (Moi ? Folle ? Nooooon... :o)


J'adorerais lire sous la chaleur estivale :


- Le Monde de Narnia 3 de C.S. Lewis
- Le cirque des rêves d'Erin Morgenstern
- Les enfants de la Terre - Tome 1 de Jean.M Auel
- Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi de Katherine Pancol
- Tuez-vous les uns, les autres de Frédéric Lewino
- Les oiseaux se cachent pour mourir - Tome 1 de Colleen McCullough

Liste Bonus :

Le Rapport de Brodeck de Philippe Claudel
- Le disque de Jade - Tome 1 de José Frèches
- La reine Soleil de Christian Jack

Cette liste me permettra de choisir un livre à la place d'un titre proposé initialement dans la liste principale. Parce que je me connaîs, je suis tout à fait capable de ne plus avoir envie de lire un livre qui me tente au jour d'aujourd'hui ! Ainsi, j'ai la possibilité d'échanger des titres de ma première liste avec la deuxième.

Et vous, quelles sont vos envies de lecture en cette saison ? :)