21 oct. 2014

La Mini-PAL d'Automne 2014


Voilà le temps où les jours raccourcissent à vue d’œil. C'est la rentrée des classes, on commence à sortir les gros pulls au fur et à mesure que la saison avance. La nature change de couleurs et nous propose des paysages chatoyants. On aime être chez soi le soir à boire un bon bol de soupe et se terrer sous la couette alors que la pluie frappe les carreaux dehors. On fête Halloween, la Toussaint et on commence à attendre impatiemment Noël. J'adore cette ambiance ! Cette saison est sans aucun doute ma préférée !

Pour cette saison, ce que j'aime dans la lecture c'est avant tout le frisson : des lectures effrayantes à l'approche d'Halloween, avec des histoires de monstres et des créatures fantastiques juste avant de s'endormir. Un peu d'enquête policière aussi. Vous avez bien saisi : la prédominance en automne pour moi, c'est le Fantastique/Fantasy avec une pointe de Thriller/Policier.

Cette saison est toujours la plus riche niveau lecture pour moi : plein de livres qui font envie, et mon anniversaire qui chaque année agrandit encore ma PAL ! Au jour d'aujourd'hui, je ne sais pas si je serais capable d'assumer cette liste. Mais c'est plutôt bien parti pour le moment :-)

J'adorerais lire sous la fraîcheur automnale :


- Hollow City : Miss Peregrine et les enfants particulier - Volume 2 de Ransom Riggs
- Eleanor de Holly Black
- L'étrange vie de Nobody Owens de Neil Gaiman
- Les étranges talents de Flavia de Luce d'Alan Bradley
- Soeurs Sorcières - Livre 2 de Jessica Spotswood
- La Maison de la Nuit - Tome 5 : Traquée de P.C. & Kristin Cast

Liste Bonus :

- Blanche ou la triple contrainte de l'enfer d'Hervé Jubert
- A un sanglot de moi tu reposes Mathieu Guibé
- Elles étaient jeunes et belles de Karen Rose

Cette liste me permettra de choisir un livre à la place d'un titre proposé initialement dans la liste principale. Parce que je me connais, je suis tout à fait capable de ne plus avoir envie de lire un livre qui me tente au jour d'aujourd'hui ! Ainsi, j'ai la possibilité d'échanger des titres de ma première liste avec la deuxième.

Et vous, quelles sont vos envies de lecture en cette saison ? :)

20 oct. 2014

♦ Nos étoiles contraires

John Green 
Edition : Nathan
Genre : Jeunesse, Romance
16,90  ____ 327 pages
Paru en France en 2013

Hazel, 16 ans, est atteinte d’un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l’évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu'elle s'y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d'autres jeunes malades. C’est là qu’elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux adolescents, l'attirance est immédiate. Et malgré les réticences d’Hazel, qui a peur de s’impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d’amour commence… les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie.



 _________________________________________________________________

Note : 8/10. Le livre phénomène de l'année est enfin passé entre mes mains !
_________________________________________________________________

Qu'en penses-tu, Erenella ?

Nos étoiles contraires, c'est, comment dire : le livre jeunesse dont on aura parlé le plus au cours de l'année écoulée. Personne ou presque n'a pu échapper au phénomène : grâce aux librairies, au bouche à oreille, au film, au journal télé... presque personne ne peut encore dire "Nos étoiles contraires ?! Connaît pas !". Et c'est seulement juste avant la sortie du film que je l'ai lu personnellement !

Ouaaaah quel livre ! Bien sûr, après en avoir entendu tellement de bien partout, je n'ai pas pu m'empêcher d'appréhender cette lecture. Après tout, le risque était de conclure sur un "tout cet engouement pour ça ?!" comme il arrive souvent lorsque l'on nous casse les oreilles avec un même sujet. Mais contre toute attente le charme a opéré pour moi aussi. Et même si j'avais déjà en tête beaucoup d'éléments de l'histoire grâce aux rapports d'autres blogueurs ou tout simplement la bande-annonce du film, j'ai été surprise de la tournure que prenaient certains événements. Et ça m'a plu ! La quatrième de couverture ne contient pas vraiment de résumé, c'est ce qui fait aussi l'originalité du livre.

Le personnage d'Hazel est très attachant : on se sent rapidement proche d'elle, il est facile de s'identifier à elle malgré sa maladie. Elle a son caractère et j'ai su apprécier cela : John Green l'a justement dosé. Et puis, elle aime les livres alors que demander de plus ? Quant à Augustus, je l'ai trouvé fort sympathique et lumineux. Il y a beaucoup d'espoir et de générosité en lui. Nos deux protagonistes ont donc tous les éléments nécessaires pour nous captiver, nous attendrir, nous émouvoir et aussi nous bouleverser...

Car le sujet du livre, hormis l'intrigue qui s'y introduit (et que j'ai bien aimé) c'est la maladie. Le cancer, le diagnostic, les vies des patients et des proches qui changent, l'espoir de guérison, la rémission, la peur de la récidive.. Un sujet qui peut être dur à traiter et lourd à lire. Pourtant grâce à la plume de John Green et aux caractères d'Hazel et Augustus, ce n'est pas trop larmoyant, juste ce qu'il faut quand il le faut. J'avais un peu peur que ce soit un livre-qui-fait-pleurer-juste-pour-faire-pleurer, mais au contraire ! Grâce à l'humour, la romance et l'intrigue du livre qui apportent de la légèreté, le cancer n'est pas omniprésent et ça fait du bien.

Le voyage à Amsterdam m'a charmée : je n'aurais jamais pensé vouloir découvrir la Hollande un jour et voilà que maintenant c'est fait. Je regrette simplement une chose : que cette partie du livre n'ai pas été plus longue. Car selon moi c'est l'une des plus importantes, c'est là que beaucoup de choses se jouent et j'aurais aimé plus de profondeur pour apprécier davantage le roman, tant au niveau de la psychologie des personnages que sur les descriptions des lieux visités pour m'imprégner de l'atmosphère. Quelques pages en plus auraient donc été appréciables.

La fin m'a épatée : je ne m'attendait pas réellement à cela, aussi j'ai vu défiler les dernières pages à une allure folle tellement j'étais prise dedans. Après avoir refermé le livre, je suis restée vidée de toute énergie : incapable de digérer correctement la fin du livre, il m'a fallu du temps avant de pouvoir en ouvrir un autre, et j'y ai même songé avant de m'endormir le soir ! John Green a réussi là quelque chose de rare : maintenir le lecteur encore quelques temps dans son livre APRES l'avoir terminé. C'est un roman marquant qui laissera longtemps sa trace dans mon esprit.

Ce livre m'aura donc donné envie de découvrir Amsterdam (et d'adopter un hamster), de lire toujours plus, et surtout de profiter de mes proches tant que je le peux. Après tout on se plaint de beaucoup de choses, mais sait-on toujours voir ce qui importe le plus ? Ce livre est une bouffée d'espoir malgré sa note tragique, aussi je le conseille à ceux qui ne l'ont pas encore lus ! (: Personnellement, quelques autres titres de John Green sont déjà dans ma wish list !

L'avis de mes partenaires Morgane et Laura :



Voici la bande-annonce du film :

____________________________________________________________________________________________________

En voici  quelques citations :

« Tu m'as offert une éternité dans un nombre de jours limités, et j'en suis heureuse. »

« Sans souffrance, comment connaître la joie ? »

« Je suis tombée amoureuse pendant qu'il lisait, comme on s'endort : d'abord doucement et puis tout d'un coup. »
____________________________________________________________________________________________________

17 oct. 2014

♦ La part de l'autre

Eric-Emmanuel Schmitt 
Edition : Le livre de poche
Genre : Contemporain
6,95  ____ 471 pages
Paru en France en 2001

8 octobre 1908 : Adolf Hitler recalé. Que se serait-il passé si l'école des beaux-arts de Vienne en avait décidé autrement ? Que serait-il arrivé si, cette minute-là, le jury avait accepté et non refusé Adolf Hiter, flatté puis épanoui ses ambitions d'artiste ?
Cette minute-là aurait changé le cours d'une vie, celle du jeune, timide et passionné Adolf Hitler, mais elle aurait aussi changé le cours du monde...
 _________________________________________________________________

Note : 8/10. Un sujet risqué, mais finalement une grande claque qui marche !
_________________________________________________________________

Qu'en penses-tu, Erenella ?

Dans ma PAL depuis 2 ans, j'ai toujours eu envie de découvrir ce livre sans pour autant oser sauter le pas. Sans doute par peur de ne pas adhérer à l'histoire, ou peur de "m'attacher" à une personnalité tristement connue pour sa cruauté. Finalement, grâce à ma partenaire Julie avec qui j'ai lu ce livre, j'ai fait sans doute l'une des plus belles découvertes de l'année ! Le paradoxe ? Ce n'est pourtant pas un coup de cœur... Explications.

J'ai retrouvé avec plaisir l'écriture poétique et surtout authentique d'E.E Schmitt. C'est le troisième livre que je lis de cet auteur et il ne m'a jusque là jamais déçue. Cet homme possède une plume naturellement percutante et juste comme on en voit rarement. Alors transposée à un livre semi-historique, cela m'a permis d'en apprendre énormément sur Hitler et sa vie. Peut-être qu'à travers des manuels scolaires cela serait moins bien passé. Ici tout est romanisé et donc ça marche ! Notre attention est captée du début à la fin, bien qu'on puisse parfois se sentir frustré, oppressé ou impuissant.

L'originalité de ce livre réside dans la construction du livre : d'une part on suit le véritable Hitler depuis la fin de son adolescence, on est témoin de sa folie qui arrive petit à petit, ses idées, ceux qui les ont aidé à germer et les choix qu'il a fait. Son bagage personnel y est pour beaucoup et cela, c'est précisément quelque chose dont on entend rarement parler. Quand on prend en compte tout cela on arrive parfois à comprendre ce tyran. Mais comme le dit lui-même l'auteur : comprendre ne veut pas dire accepter. Et j'avoue m'être trouvée parfois mal à l'aise face à un sentiment de compassion que j'ai pu éprouver pour le personnage historique.

D'autre part, on va découvrir un personnage fictif, que l'auteur baptise simplement Adolf. Celui-là semble plus heureux, mais va tout de même développer une sorte de folie artistique. Ces chapitres ont été les plus plaisants à mon goût, et Schmitt a pris soin d'incorporer dans son roman d'autres personnalités connues (tel Sigmund Freud, et je me suis bien éclatée à lire des passages où il met en oeuvre sa psychanalyse ! ;-D). Les personnages secondaires m'ont beaucoup plu : les femmes, les amis d'Adolf.. Ils sont l'exact opposé de ceux que le véritable Hitler côtoie. Ainsi plus on avance dans le roman, plus on voit l'écart se creuser entre les deux personnages, et la différence de vie est flagrante !

Je tire mon chapeau à l'auteur pour avoir su prendre un risque aussi gros qu'est celui d'avoir voulu reconstituer un roman sur la vie d'Hitler. Certes, c'est une personnalité dont on parle à l'école, où pour des anniversaires funestes, mais pour autant les gens n'ont pas forcément envie d'en savoir plus sur un fou pareil (à moins d'être historien ou passionné par la seconde guerre, s'entend). Et dans une carrière littéraire, ça aurait pu coûter cher à Eric-Emmanuel Schmitt ! Et pourtant le livre a réellement marché et c'est tant mieux ! Non seulement on en apprend historiquement (et j'ai fait des recherches complémentaires sur Internet : les dates, personnages et lieux sont TOUS exacts. C'est donc un livre qui fourmille d'informations vraies et ça m'a beaucoup plu) mais en plus il a un impact sur le lecteur. En effet, il y a une certaine remise en question nous-même, sur la condition humaine, l'effet de groupe, les influences qu'ont les opportunités et les choix que l'on fait dans une vie, mais surtout il nous fait comprendre que nous aussi nous avons du mauvais en nous. Simplement nous sommes en majorité capable de le gérer.

Je pense que si je n'ai pas pu attribuer la mention coup de cœur à ce livre, c'est surtout par rapport aux passages difficiles sur Hitler et le malaise que cela m'a fait ressentir, mais aussi à cause des pensées que le livre provoque en nous (notamment le fait que l'on puisse être dangereux pour nous et les autres). C'est une prise de conscience qui a flotté au-dessus de moi quelque temps avant que je ne puisse à nouveau me changer les idées. Je le redis : mais l'impact de ce livre sur le lecteur est juste fou ! Alors oui, c'est vraiment bien joué de la part de l'auteur, mais c'était trop pesant pour moi.

L'auteur nous propose son journal à la fin du livre, qu'il a rédigé tout au long de l'écriture de son roman. Au fur et à mesure que son livre prend forme on est témoin des changements qui s'opèrent en lui : plus il s'imprègne d'Hitler, plus il devient taciturne, agressif, etc.. j'ai trouvé ça super et dingue à la fois, mais c'est bien la preuve qu'il s'est investi à fond dans son projet d'écriture, quitte à s'éloigner de ses proches de façon volontaire ou non. Je voulais le signaler car c'est rare d'avoir un témoignage d'auteur sur l'écriture d'un livre, et celui-là en particulier a retenu mon attention parmi le peu que j'ai pu lire.

En bref, ce roman est une perle à double tranchant : addictif, plaisant pour ses exactitudes historiques et la partie fictive, et il confirme bien le fait que l'auteur est bourré de talent. Mais il est aussi redoutable car il est parfois pesant, oppressant et les prises de conscience qu'il procure au lecteur abordent des sujets difficiles et parfois sensibles. Doté d'une force hors normes, ce livre n'est pas à mettre entre toutes les mains. Mais je le conseille à ceux qui aiment l'Histoire, la réflexion et les belles plumes pleines de vérités humaines.

____________________________________________________________________________________________________

En voici  quelques citations :

« Un homme est fait de choix et de circonstances. Personne n'a de pouvoir sur les circonstances mais chacun en a sur ses choix. »

« Il n'y a trahison que lorsqu'il y a promesse. »
____________________________________________________________________________________________________

29 août 2014

♦ La triste fin du petit enfant huître et autres histoires

Tim Burton
Edition : 10/18
Genre : Poésie
10  ____ 122 pages
Paru en France en 2008

Fidèle à son univers d'une inventivité si particulière, mêlant cruauté et tendresse, macabre et poésie, Tim Burton donne le jour à une étonnante famille d'enfants solitaires, étranges et différents, exclus de tous et proches de nous, qui ne tarderont pas à nous horrifier et à nous attendrir, à nous émouvoir et à nous faire rire.
Un livre pour les adultes et pour l'enfant qui est en nous.____
 ______________________________________________

Note : 7,5/10. Du Tim Burton à l'état pur !
______________________________________________

Qu'en penses-tu, Erenella ?

Un livre de Tim Burton ? Il me le fallait, forcément ! Bien que je n'ai pas encore vu tous les films de ce réalisateur au monde très personnel et particulier, il fallait que je voie ce que donnait sa plume sur les quelques poèmes de ce recueil. Avec illustrations de sa main, s'il vous plaît !

On découvre des poèmes une page sur deux en VO et en français, un système qui tombe à pic quelques jours avant la rentrée pour se remettre à l'anglais ! Je salue le travail du traducteur René Belleto qui a su conserver l'idée et l'atmosphère de chacun des poèmes tout en modifiant quelques mots (pour la rime) !

J'ai retrouvé avec plaisir le monde de Tim Burton, cet homme très talentueux. Les histoires sont drôles, tendres, cruelles, loufoques et totalement farfelues. Rien de moins que ce qu'il nous présente habituellement au cinéma ;-)

Les illustrations m'ont bien plu aussi, certaines sont mignonnes, d'autres mettent un peu plus mal à l'aise. J'aime voir l'auteur de ce recueil jongler entre les émotions et les sentiments. Les illustrations apportent un plus par rapport aux textes qui nous servent déjà quelque chose de bon. On est davantage immergés dans le recueil.

Je dois vous dire que, même si j'ai commandé ce livre d'occasion en version spéciale, le livre n'a rien de bien exceptionnel par rapport à la version normale : je croyais que le côté VO ou les illustrations lui étaient propres, cependant tout figure dans le livre de base. Il semblerait que le seul changement se situe sur la couverture : c'est un hardback. Alors si le livre vous intéresse, n'allez peut-être pas débourser plus que nécessaire pour une couverture (sauf si c'est celle que vous préférez) parce que le contenu est exactement le même.

En somme, Tim Burton est un homme polyvalent, aussi doué pour l'écriture que son domaine de prédilection : le cinéma. Je conseille ce recueil de poèmes légers, bien que la majorité soit finalement assez sombre et cruelle. Pour les fans du réalisateur, ce livre est un peu une extension de son monde :-)

Les chroniques de ma partenaire Morgane :


____________________________________________________________________________________________________

En voici  une citation :

« L’enfant Brie rêva (deux fois, pas plus) que sa tronche
Pleine et ronde n’était plus qu’une tranche.
Le droit de jouer avec eux, les autres enfants jamais ne le lui donnaient,
Mais au moins Brie s’accordait bien avec un bon Chardonnay. »
____________________________________________________________________________________________________

26 août 2014

C'est l'heure du bilan ! - Juillet 2014

LÉGENDE : 
♥ : coup de coeur 
P : lu pour un partenariat /auteur
LC : lu pour une lecture commune

Un mois de lecture un peu moins bon que les précédents où je ne totalise que 4 livres lus, pour autant les titres m'ont plu dans l'ensemble, hormis l'un d'entre eux qui fut une grosse déception. Ce petit score est rattrapé par 7 nouveaux bébés livres dans la PAL !

Les livres lus :
Le Mystère du pont Gustave Flaubert de Pierre Thiry P
> Le Cirque des rêves d'Erin Morgenstern
Yaxin - Le faune Gabriel : Canto I de Man Arenas & Dimitri Vey

Les acquisitions :

Gros craquage ce mois, j'ai décidé de passer une commande de livres d'occasion sur Gibert Joseph (hormis le premier de la liste) pour célébrer les vacances d'été et ainsi faire descendre ma wish-list. Youpi ! + 7 dans la PAL ! Mais j'ai fait suffisamment d'achats pour tenir au moins jusqu'à novembre (les deux derniers me tentent particulièrement pour Halloween).
 Nos étoiles contraires de John Green
Yaxin - Le faune Gabriel : Canto I de Man Arenas & Dimitri Vey
> Night School - Tome 2 : Héritage de C.J. Daugherty
> La triste fin du petit enfant huître et autres histoires de Tim Burton
> A un sanglot de moi, tu reposes de Mathieu Guibe
> L'étrange vie de Nobody Owens de Neil Geiman
> Les étranges talents de Flavia de Luce d'Alan Bradley

Et pour le mois d'août, quelles sont les lectures que tu as prévu de faire, Erenella ?

Le mois prochain j'ai une LC de prévue, je suis donc déjà sûre de sortir La part de l'autre de ma PAL. Et comme la sortie au cinéma du livre phénomène Nos étoiles contraires sort le 20 août j'en profiterai pour le lire aussi. Pour les autres, ce sera au feeling !

Et vous, quel est votre bilan de ce mois ?

BONNE LECTURE A TOUS !


20 août 2014

♦ Yaxin - Le faune Gabriel : Canto I

Man Arenas & Dimitri Vey 
Edition : Soleil
Collection : Métamorphose
Genre : Album Jeunesse, Artbook, BD
19,99  ____ 63 pages
Paru en France en 2010

Rêve et rêve encore, du ressac et du bruit des vagues sur les rivages lointains. D'une île, et des brumes et des nuées qui l'enserrent, comme le sable, d'un anneau. Rêve et rêve encore, d'une forêt et de ses ombres mystérieuses, de perles de pluie égarées sur le voile d'une fée. Et de nymphes dansant dans l'eau claire d'un torrent. D'un oiseau tournoyant dans le ciel de l'été. D'un enfant rieur, juché entre les branches d'un arbre centenaire. Rêve et rêve encore.



 __________________________________________________

Note : 8,5/10. Encore un très bel objet et une histoire poétique.
__________________________________________________

Qu'en penses-tu, Erenella ?

Deuxième livre de la collection Métamorphose de chez Soleil que je découvre, deuxième livre de Man Arenas (cependant il a été écrit plus tôt que Le jour de la licorne) ! Et c'est encore une fois une très belle découverte !

L'objet livre est encore une fois magnifique, et cette fois-ci le format change par rapport au premier que j'ai pu lire : celui-là est plus grand, plus large.  La qualité reste la même : de belles pages bien remplies, des aquarelles magnifiques et dans la même veine que celles que j'ai déjà pu voir, et l'histoire est toujours aussi poétique et en lien avec les images.

Mais cette fois-ci, Dimitri Vey se mêle au scénario, et c'est là la principale différence avec Le jour de la licorne ! En effet cette fois-ci on découvre une histoire où les personnages interagissent entre eux, ce qui n'était pas le cas dans l'autre ouvrage que j'ai lu. Cela nous immerge un peu plus dans le monde de Gabriel le petit faune, et c'est encore meilleur.

Dans cette histoire, il est question de magie. Ses origines, ses objectifs, qui peut la manipuler... Et j'ai retrouvé tout ce qui était lié à la nature et au temps qui passe, qui fait encore une fois partie intégrante de l'histoire : le cycle des saisons m'a de nouveau séduite. Mais ce qui m'a semblé nouveau, ce sont les valeurs morales et les sentiments vis à vis des autres êtres vivants qui m'ont paru encore plus profonds que dans l'ouvrage que j'ai lu précédemment.

Cela me permet de confirmer la chose suivante : Man Arenas a son propre univers, et il lui semble bien fidèle ! Pour avoir lu ses 2 ouvrages, je peux vous dire que le charme opérera sur vous aussi, pour peu que vous soyez attiré par la nature, la magie de ce qui nous entoure et les mondes imaginaires.

Je ne monte pas plus ma note sur ce livre pour la simple raison qu'il contient pas mal de pages (autant dire qu'il vaut son prix !) et que par conséquent l'écriture pleine de métaphores et d'idées sont parfois dures à suivre, aussi je voulais ressentir pleinement les sentiments et les émotions évoqués avant de tourner la page suivante. Et figurez-vous que ce peut être un sacré travail mental pour peu que quelque chose nous déconcentre (bruit dans la maison, chat qui miaule comme si il allait mourir si on ne le nourrissait pas dans la seconde, voisin qui tond, etc.. oui oui, ça sent le vécu !)

Mais clairement, quand on est dans de bonnes conditions pour lire ce livre, il mérite vraiment toute notre attention. C'est un concentré de sentiments, de beauté et de simplicité pourtant encrés dans une complexité où tout semble être indissociable. A lire, et à ressentir !
____________________________________________________________________________________________________

En voici une citation :

« C’est une île aux contours incertains.
Couronnée de forêts, peuplée de nymphes et de fées,
et de faunes aux manteaux ornés de gemmes de rosée.
C’est un rêve d’enfant qui revient nous hanter.
Un jour, nous reverrons ces rivages familiers.
Ces belles collines, et ces vertes vallées.
Et ces sentiers où nous nous sommes égarés.  »
____________________________________________________________________________________________________

12 août 2014

♦ Le Cirque des Rêves

Erin Morgenstern
Edition : Flammarion
Genre : Fantastique
21  ____ 496 pages
Paru en France en 2012

« Le cirque arrive sans crier gare. Aucune annonce ne précède sa venue, aucune affiche sur les réverbères, aucune publicité dans les journaux. Il est simplement là, alors qu’hier il ne l’était pas. »
Sous les chapiteaux rayés de noir et de blanc, c’est une expérience unique, une fête pour les sens où chaque visiteur peut se perdre avec délice dans un dédale de nuages, flâner dans un luxuriant jardin de glace, s’émerveiller de la souplesse de la contorsionniste au tatouage et se laisser enivrer par les effluves de caramel et de cannelle qui flottent dans l’air. 

Bienvenue au Cirque des Rêves.

Cependant, derrière la fumée et les miroirs, la compétition fait rage. Deux jeunes illusionnistes, Celia et Marco, s’affrontent, rivalisant d’audace et d’imagination, dans une sorte de combat magique, pour lequel ils sont entraînés depuis l’enfance par leurs étranges et lunatiques professeurs. Mais chacun ignore qu’il risque ainsi sa vie… Or, Celia et Marco s’aiment, et la compétition devient alors une merveilleuse collaboration. Sans connaître l’issue fatale du jeu, ils cèdent à leurs sentiments. Leur amour profond, passionné et envoûtant va ébranler tout leur univers et la vie de tous ceux qui les entourent…

À la fois magique et séduisant, le Cirque des Rêves est une ensorcelante et universelle histoire d’amour. ______
 ________________________________________________________

Note : 8/10. Un univers fascinant, des personnages hauts en couleur.
________________________________________________________

Qu'en penses-tu, Erenella ?

Yes ! J'ai enfin pu lire ce livre qui me faisait de l’œil dans ma PAL grâce à ma partenaire Morgane, et comble de la chose, il a également fait l'objet d'une lecture commune pour notre premier thème sur le groupe L'étagère Magique que nous avons monté ensemble (le lien pour le rejoindre est disponible sur le logo à la fin de l'article). Je dois dire que je m'attendais déjà à aimer ce roman, et ce fût bien le cas. Mais ce n'est pas un coup de cœur pour autant. Explications.

Selon moi, tout le positif du livre réside en 3 éléments principaux : l'univers  créé par Erin Morgenstern, l'écriture et les personnages. L'univers est déjà très représentatif de lui-même lorsque l'on contemple l'objet-livre : une couverture à dominance noire et blanche, avec une touche de couleur rouge (couleur que l'on retrouve sur la tranche du livre siouplait ! Quelle classe !). On visualise déjà le rêve, tout l'onirisme possible concentré dans le roman. Et puis bien sûr une certaine magie s'en dégage déjà. Il ne reste plus qu'à parcourir le résumé, et on est déjà happé dans le bouquin.

Tout le monde complexe et "fonctionnel" qu'a mi sur pied Erin Morgenstern m'a rendue addict à ce bouquin, surtout juste avant de dormir. Moi qui suit insomniaque, malgré toute la bizarrerie qui réside dans le roman, j'avoue avoir très bien dormi après lecture d'un chapitre du Cirque des rêves. Pourquoi ? Tout simplement parce que le cirque est beau, magique, même si les attractions présentés sont totalement irréalisables. Mais le lecteur en rêve aisément, c'est magique. Rien de tel pour se sentir bien avant de sombrer dans le sommeil !

Les personnages, eux, sont tout aussi plaisants. On découvre Celia dès l'enfance, alors que l'on rencontre Marco légèrement plus tard. S'ensuit alors des années et des années d'exercices pour les mesurer entre eux lors d'une compétition dont ni les deux protagonistes ni le lecteur ne connaissent les règles. Seuls 2 personnages mystérieux (les mentors) le savent, et ça plaît ! Cela démarre l'intrigue. Celia est une vraie tête brûlée, mais elle est loin d'être bête. Marco est beaucoup plus posé et réfléchit qu'elle. Je les ai appréciés autant l'un que l'autre. On sent la détermination et la souffrance chez l'un comme chez l'autre, ce qui les rend crédibles.

Les personnages secondaires m'ont bien plu aussi : Bailey bien sûr, mais aussi les jumeaux Murrey (mes favoris dans les secondaires, sans hésiter !), Tsukiko, les responsables de la construction du cirque (et artistes), le propriétaire, etc.. Chacun à leur manière, ils entrent dans un monde où ils ne sont que figurants, et paradoxalement ils ont tous une importance capitale.

Mais cet univers si particulier et les personnages bien dosés ne seraient rien sans l'écriture d'Erin Morgenstern. Elle a une plume sublime, tantôt narrative et tantôt interactive avec le lecteur. En effet de cours chapitres sont écrits à la deuxième personne du singulier, ce qui immerge le lecteur dans le cirque des rêves et le tout avec des phrases si visuelles qu'on a vraiment l'impression d'y être. Magique.

Pour autant un gros détail m'a turlupinée : pendant près des 2/3 du livre, il n'y a PAS la moindre trace d'amour. Hors, dans le résumé, on y fait clairement référence par 2 fois. Je commençais à me lasser d'attendre lorsqu'elle a commencé à prendre forme doucement. Mais mon impatience a eu raison de moi : à force d'attendre trop, je n'ai pas été aussi touchée que cela. D'autant plus que le dernier tiers du livre est plein de suspens, de tension, le dénouement approche à grands pas et on sent que l'issue va être compliquée pour eux. C'est sûrement à cause de ce "retard" que ce livre n'est pas un coup de coeur pour ma part. Ah, l'impatience...

Et parlons de la fin : je craignais un Happy-end. Mais en même temps, du tragique pur n'aurait pas été digne du livre. Et puis je me suis dit qu'au vu de l'univers superbement travaillé et affiné, l'auteure ne pourrait pas me décevoir. C'était inconcevable alors que tout le reste était bon ! Et elle a eu une très bonne idée, quoi qu'un peu simple et l'on comprend rapidement (peut-être trop ?) où elle veut en venir. Peut importe, c'est une fin qui marche bien et qui m'a plu. Je ne cherchais pas davantage !

Avec le recul, je me rend compte que c'est un livre compliqué à décrire, car il se ressent et est donc difficile à expliquer. Le mieux, si ce n'est déjà fait, est de vous en faire votre propre opinion.

Vous l'aurez compris, c'est un roman d'une beauté incroyable qu'il faut lire à mon sens. On adhère ou on adhère pas, mais ce n'est pas possible de passer à côté. Le point négatif que j'ai soulevé n'est qu'une observation purement personnelle, il se peut que cela ne vous dérange pas du tout. Le fait que le gros de l'histoire se déroule surtout en hiver peut peut-être en faire un livre plus à lire à la saison froide ? Allez, ça vous laisse quelques mois pour trouver ce livre et je sais que vous êtes aussi des rêveurs, alors lancez-vous, Erin va vous mystifer ! :-)

Les chroniques de mes partenaires Laura et Morgane :


____________________________________________________________________________________________________

En voici  une citation :

« Tu ne sais plus de quel côté de la grille est le rêve. »
____________________________________________________________________________________________________